Myoténofasciotomie

 

Traitement de myoténofasciotomie pour les maladies de l’appareil moteur

 

Le traitement que le Docteur NAZAROV pratique depuis 18 ans peut-être défini comme une myoténofasciotomie sélective et fermée.

 

Il permet de traiter les problèmes musculaires des patients souffrant de paralysie cérébrale tout comme des patients présentant des difformités des pieds (pieds bots ou équins, etc), des difformités des mains, du cou (torticolis congénital), et d’autres difformités. Les rétractions qui peuvent se former dans presque tous les segments moteurs du corps humain sont le principal problème de ces pathologies. Il y a des rétractions des tissus mous (rétractions musculaires) et des articulations (rétractions articulaires).

 

Les rétractions des tissus mous sont dues à des cellules détruites par le processus dégénératif de dystrophie, elles ne peuvent plus exercer leur fonction. Par exemple, s’il s’agit de cellules musculaires : elles ne peuvent plus se contracter et se décontracter.

 

En perdant leur fonction et l’élasticité, ces cellules pathologiques empêchent l’appareil moteur de fonctionner correctement : elles limitent les mouvements, bloquent partiellement la croissance normale du corps, provoquent la formation de difformités et de luxation des extrémités et exacerbent le processus dégénératif de dystrophie en exerçant une pression sur les vaisseaux sanguins.

 

Le traitement consiste à réaliser des opérations sous-cutanées (fermées), qui sont pratiquées avec un scalpel fin, en sectionnant seulement les fibres pathologiques qui limitent les mouvements. Lorsque la fibre pathologique est coupée, elle ne peut plus empêcher l’étirement et la fonction correcte des autres fibres. De cette manière, il est possible d’éliminer toutes les fibres pathologiques qui existent dans toute la zone des tissus mous, en sauvant un maximum de fibres saines et sans devoir faire appel à l’immobilisation postopératoire.

 

L’opération de myoténofasciotomie n’est absolument pas invasive car il n’est pas nécessaire d’ouvrir ; voilà pourquoi elle ne présente aucun risque pour la santé du patient. L’opération est réalisée sous anesthésie générale (avec masque à gaz, sans intubation) ce qui permet de différencier beaucoup mieux les fibres pathologiques des fibres saines car l’activité musculaire disparaît totalement, les structures lésées ne peuvent pas se détendre et elles restent contractées.

 

Grâce à cette opération peu invasive, jusqu’à 16 fibres contractées peuvent être éliminées en une seule fois. Si, il y a beaucoup plus rétractions des opérations peuvent être réalisées en 2 ou 3 phases, avec un intervalle minimum de 6 mois entre elles, voire un an.

 

L’expérience du Docteur NAZAROV lui permet d’affirmer qu’il vaut mieux commencer à opérer les patients à l’âge de 3 ans, lorsqu’il n’y a pas encore de luxation, de difformités ou de rétractions des articulations et des os. Il faut donner à l’enfant la possibilité de commencer à marcher lorsque les muscles ne sont pas atrophiés. Avec le temps qui passe, si le patient n’est pas soumis à un traitement ou à une réhabilitation, les rétractions peuvent être encore plus rigides et plus nombreuses, et l’atrophie musculaire augmente. Si le patient est plus âgé, il aura besoin de plus d’intervention pour éliminer les rétractions musculaires. Il faut tenir compte du fait que les patients souffrant de ces pathologies peuvent avoir besoin de plusieurs phases d’opérations, étant donné que de nouvelles rétractions musculaires peuvent se former lors de la croissance des patients et lorsque les mouvements des extrémités augmentent. Mais elles ne seront pas aussi nombreuses ni aussi rigides ou importantes que celles éliminées lors de la première chirurgie et les résultats obtenus sont définitifs.

 

Les effets reconnus de ce traitement sont les suivants :

1) Résultats généraux : augmentation et amélioration des mouvements, élimination de la rigidité locale, amélioration de l’irrigation, récupération de la vitalité et diminution du processus de dégénération de dystrophie des tissus mous, élimination ou diminution des symptômes de douleur.

 

2) Résultats fonctionnels : amélioration des fonctions des mains, des bras, des jambes et des autres structures de l’appareil moteur. Amélioration de l’équilibre du corps, de la station assise, de la verticalité et de la marche. L’augmentation de la masse musculaire et de la consolidation des muscles. La libération de la croissance des os et des autres structures des tissus mous. Amélioration de la mastication, de la parole, de la déglutition. Diminution de la spasticité.

 

 

Commentaires du Docteur Igor NAZAROV

 

Après l’intervention, il est recommandé, afin d’obtenir de meilleurs résultats, comme par exemple renforcer la musculature et éliminer les rétractions des articulations (s’il y en a), de réaliser des sessions de kinésithérapie, natation et d’autres types de rééducation. L’intensité et le type d’exercices dépendent des caractéristiques de chaque patient et du critère professionnel du kinésithérapeute du patient.

 

Les patients pour qui, les perspectives d’obtenir de bons résultats sont plus élevées, sont les suivants :

- Les patients dont le degré de dysfonction des structures de l’appareil moteur se situent entre le troisième et le premier degré.

- Les patients dont les altérations ou dysfonctions du système nerveux central ne sont pas très graves.

- Les patients qui se soumettent au traitement à un âge optimum, c’est –à –dire entre 3 et 14 ans (l’opération peut se pratiquer à un âge très avancé) pour cela le Docteur évalue au préalable et informe le patient des possibilités de récupération……avant de pratiquer l’intervention.

- Les patients, dont le degré d’affection est très grave, peuvent obtenir des résultats positifs importants pour leur santé, ils deviennent un peu plus autonomes et peuvent aider les membres de la famille à améliorer les soins nécessaires.

 

Les résultats commencent à s’apprécier, en fonction des zones opérées et d’après les caractéristiques spécifiques de chaque patient :

- Ouverture des jambes : environ 15 / 20 jours.

- Se mettre debout en position normale pour les pieds équins : environ 3 semaines ; et pour observer des améliorations de la marche : de 2 à 3 mois, en fonction du poids et d’autres caractéristiques du patient, étant donné que les os et les structures doivent se remettre à leur place et s’adapter à la nouvelle position et aux nouveaux mouvements.

Ce processus est un peu traumatique et douloureux avant d’obtenir le résultat désiré, c’est un processus normal.

- Excès de la salivation : environ un mois.

- Amélioration pour avaler et mâcher : environ après 30 jours.

- D’autres résultats différents peuvent apparaître pendant les 3 à 6 mois suivants, étant donné que la circulation du sang s’améliore ; les muscles peuvent commencer à réaliser certains mouvements et fonctions. Par exemple, pour la croissance, il faut attendre un an, étant donné que les os sont capables de grandir correctement et de se corriger, s’il y a une difformité. Parfois, de nouvelles aptitudes ou réactions sur le patient peuvent s’observer tout au long des années.

 

Mais cette explication n’est qu’une orientation générale; il est impossible de réaliser ces opérations sans avoir suivi une formation adaptée et sans avoir réalisé ces opérations pendant une période suffisante, avec l’aide d’un médecin expérimenté dans ce domaine.

 

 

 

 

 

Pour tout contact : Merci d'adresser un mail à m.fournier@lemondedemartin.fr ou monde-de-martin@hotmail.fr

PROCHAINS EVENEMENTS :

 

 

SAMEDI

21 OCTOBRE 2017 :

 

Soirée Choucroute

 

Salle Marie Wilquin à Maresquel-Ecquemicourt

 

19h30

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.